Compte rendu de la dégustation :

C’est avec un plaisir non dissimulé et beaucoup d’attentes que nous avons accueilli la prestigieuse Maison Moët & Chandon qui se proposait, en cette fin du mois de janvier, de nous initier à quatre de ses Champagnes les plus plébiscités.

C’est à Claude Moët que l’on doit la fondation en 1743 de ce qui est aujourd’hui la Maison de tous les superlatifs. Les statistiques sont à ce propos édifiantes : sur 100 bouteilles vendues dans le monde, quelques 11,2 sont des Champagnes Moët & Chandon, ce qui en fait de loin le Champagne le plus consommé au monde. Moët est par ailleurs à la tête du premier vignoble champenois en termes de superficie avec près de 11 900 hectares, soit près de la moitié des 34 500 hectares plantés que compte la Champagne, répartis pour moitié en grand cru et pour un quart en premier cru. Ces superficies gargantuesques sont pourtant loin de couvrir tous les besoins. Aussi Moët s’est-il associé à quelques 430 pressoirs partenaires. Les vendanges sont, comme ailleurs en Champagne, entièrement manuelles, nécessitant le travail de près de 900 saisonniers. 

Le plus frappant reste cependant l’attachement de la Maison, en dépit des volumes produits, au respect des traditions. C’est dans cette perspective que les experts œnologues, sous l’égide de Benoît Guez, dégustent les vins après chaque pressurage dans le but de sélectionner les meilleurs arrangements, seuls garants de la légendaire régularité des Champagnes de la gamme Impérial et des notes innovantes et incessamment renouvelées des millésimes grand vintage.

Les ambitions affichées par la maison ne pourraient toutefois pas être atteintes et encore moins maintenues sans les efforts consentis pour maintenir l’appareil productif au sommet de l’art, ce que permettent les crédits que lui octroie le groupe LVMH.  L’innovation s’est ainsi imposé pour Moët & Chandon comme la rançon du succès. Ils furent entre autres les premiers à avoir recours aux cuves en inox qui préservent les raisins de l’oxydation tout en conservant leurs délicats arômes fruités, et apportèrent une solution au problème mondial posé par le parasite Phylloxéra qui ravagea les vignobles au XIX° siècle.

Nom : Moët & Chandon, Brut Impérial

Encépagement : 30-40% Pinot Noir, 30-40% Pinot Meunier, 20-30% Chardonnay

Dosage : 9g/L

Prix : 25-30 euros

Général : Le Brut Impérial est le Champagne le plus bu au monde. Il est le fruit d’un assemblage méthodique de trois cépages destinés à obtenir la régularité qui caractérise cette cuvée. Après un séjour de deux ans en cave suivi de 3 mois de dégorgement (procédure destinée à expulser les dépôts de levures mortes accumulés au fond de la bouteille en fin de vinification), ce Champagne se révèle être le plus accessible de la gamme.

Dégustation : La robe luit de reflets dorés qui tirent sur le jaune paille, le disque brillant est agité des légers soubresauts qu’occasionnent les fines bulles qui remontent en d’uniformes colonnes. Le nez plutôt fruité est revigoré par la brume de fraîcheur que laisse échapper la flûte. En bouche, le Chardonnay dévoile sa minéralité grâce à son acidité modérée tandis que le Pinot Noir révèle sa richesse fruitée. Le Pinot Meunier apporte quant à lui de la structure pour un Champagne rond et gourmand, à l’acidité et aux sucres légers. On sent majoritairement des fruits à chair blanche : pêche, abricot et même de la fraise. Des notes de maturité sont apportées par les levures qui parent progressivement la boisson de notes briochées.

Il se déguste à l’apéritif où il bénéficie de texture d’un apport salé qui subliment ses arômes.

 

Nom : Moët & Chandon, Brut Rosé Impérial

Encépagement : 40-50% Pinot Noir, 30-40% Pinot Meunier, 10-20% Chardonnay.

Dosage : 9g/L

Prix : 35 euros.

Général : Ces dernières années ont été et marquées par une envolée de la demande de Champagne rosé, aussi bien en France qu’à l’étranger où il est synonyme de charme et de fantaisie. Ce Champagne, bien que tenu de respecter un très strict cahier des charges comme les autres bouteilles de la cuvée impériale est néanmoins le produit d’un assemblage de pas moins de 100 vins. On y retrouve près de 20% de vin rouge, ce qui explique sa couleur rose ambrée si particulière.

Dégustation : La robe tient des Champagnes classiques ses teintes claires qui tirent sur le doré et l’ambre et qui, mâtinées de rose, en deviennent rose-orangées, une couleur proche de la brique, mais très claire. Le disque est, bien évidemment, brillant et limpide. Le nez se révèle bien plus fruité que le précédent Brut Impérial et laisse entrevoir des notes très prononcées de fruits rouges : framboise, cerise, fraise, myrtille pour n’en citer que quelques-uns. Le Chardonnay apporte ici un contrepoint remarqué par sa fraîcheur et ses notes minérales. On note également quelques notes de poivre blanc. Le Pinot Meunier apporte ici davantage de structure, sentiment renforcé par la présence des tanins dus au vin rouge qui le dotent d’une astringence presque imperceptible.

Accompagne avec bonheur les langoustes et les plats italiens.

 

Nom : Moët & Chandon Extra Brut, Le Grand Vintage, 2008

Encépagement : 37% Pinot Noir, 23% Pinot Meunier, 40% Chardonnay 

Dosage : 5g/L

Prix : 50 euros.

Général : Le projet des œnologues n’est pas avec la cuvée Le Grand Vintage, d’arriver à un produit standardisé, mais de parvenir, grâce à de judicieux assemblages à doter le Champagne d’une véritable personnalité, celle que seules les grandes histoires réussissent à forger. 2008 fût une année très froide en Champagne, ce qui a eu pour conséquence d’augmenter l’acidité du Chardonnay. Les efforts consentis pour pallier ces conditions défavorables ont porté leurs fruits et donné lieu à un vin à l’équilibre subtil dans la plus pure tradition Grand Vintage, qui a sorti pour l’occasion son quatre-vingt huitième millésime.

Dégustation : La robe brille d’un jaune tirant davantage sur la paille que le Brut Impérial en raison d’une plus faible teneur en Pinot Meunier. Le disque est limpide et luit de vifs reflets blancs. Le nez révèle la présence d’arômes floraux mis en valeur par le pétillement des bulles. En bouche, les particularités de l’assemblage se font ressentir : le déficit en Pinot Meunier est compensé par davantage de minéralité et d’acidité par le Chardonnay et profite de la rondeur du Pinot Noir. Il est en conséquence plus fin. On y retrouve des arômes de tilleul, d’acacia et d’abricot. La fin de bouche est elle aussi plus persistante.

Il s’associe à la perfection avec des poissons à chair textureuse, tel le loup.

Nom : Moët & Chandon, Ice Impérial

Encépagement : 40-50% Pinot Noir, 30-40% Pinot Meunier, 10-20% Chardonnay

Dosage : 45g/L

Prix : 60 euros.

Général : L’Ice Impérial a été développé dans le soucis de proposer à sa plus jeune clientèle de nouvelles occasions de savourer les Champagnes Moët & Chandon. S’adressant pour l’essentiel aux nouvelles générations dont l’expérience de consommation du Champagne s’écarte des standards puristes éculés, ce Champagne a été tout spécialement conçu pour se consommer avec de la glace. L’assemblage et le dosage ont donc été revus en conséquence pour procurer une authentique expérience de dégustation au bord de piscines ou d’extérieurs surchauffés.

Dégustation : La robe est jaune-doré et tire davantage sur l’ambre. Le disque est tout aussi brillant et limpide que les autres champagnes que nous avons jusqu’alors dégustés. Le nez révèle des arômes de fruits exotiques tels que la papaye ou la goyave. Cela se confirme en bouche où, servi avec des glaçons, il révèle des arômes de fruits rouges : framboise, fraise, cassis mis en valeur par la fraîcheur de la glace. Ce champagne iconoclaste est bien plus sucré que les précédents, au point que les glaçons apparaissent comme le quatrième élément essentiel de cet assemblage par son effet diluant et anesthésiant.

Le saviez-vous ?

 

S’il est généralement vendu en bouteilles d’une capacité standard de 75 centilitres, le Champagne peut également disposer de contenants de capacité nettement supérieure : au-delà du classique Jeroboam (3 litres soit l’équivalent de 4 bouteilles) on trouve aussi le moins commum rehoboam (6 bouteilles), le Mathusalem (8 bouteilles) ainsi que le gigantesque salmanasar (12 bouteilles) en allant jusqu’aux mastodontes que sont le primat (36 bouteilles) et le midas (40 bouteilles).


Pour accéder aux photos de l'événement, veuillez cliquer ici