Dégustation Bollinger

 

 

 

Pour la quatrième dégustation de l’année, nous avons eu la joie d’accueillir la prestigieuse Maison champenoise Bollinger, représentée par Bastien Mariani, EDHEC promotion 2009. Ce dernier nous a présenté quatre références de la Maison :  deux non millésimés, Spécial Cuvée et Bollinger Rosé, et deux millésimés, La Grande année 2007 et Bollinger R.D 2002.

L’histoire commence avec Athanase de Villermont, cadet d’une famille noble au destin lumineux. Grand soldat qui s’est illustré lors de la guerre d’indépendance des Etats-Unis, il hérite de sa famille un vaste domaine dans les environs d’Aÿ. Aussitôt, il pressent le formidable potentiel des vins de Champagne ; mais sa condition d’aristocrate lui interdit de faire acte de commerce. Il rencontre alors Joseph Bollinger, grand voyageur qui a quitté son Allemagne natale pour se former au commerce des vins de Champagne, et Paul Renaudin, pur Champenois fasciné par l’univers du vin. Le 6 février 1829 est créée la société Renaudin-Bollinger & Cie. Joseph Bollinger s’occupe de la vente et Paul Renaudin de la cave : Athanase de Villermont vient de fonder une Maison qui traversera les siècles.

Depuis 1829, forte de son indépendance rare dans la région, la Maison Bollinger élabore de grands Champagnes au style puissant, raffiné et complexe. Des vins virtuoses, qui sont le fruit d’une exigence de tous les instants : l’à-peu-près n’a pas sa place chez Bollinger. Jusque dans les moindres détails, on y recherche en permanence une forme de perfection. Une indépendance d’esprit sans compromis, au service d’une distinction sans ostentation : cette élégance toute champenoise a conquis la Couronne d’Angleterre qui, depuis 1884, attribue à la Maison le très prestigieux Royal Warrant, marque des fournisseurs officiels de la Cour.

Le style Bollinger repose sur un socle solide, enraciné autour de cinq réalités tangibles :

 

v  Le vignoble maison, qui s’étend sur 165 ha et qui représente 60% de l’approvisionnement total

v  Le Pinot Noir, cépage exigeant dont l’intensité constitue la colonne vertébrale du style Bollinger, très majoritaire dans l’ensemble de la gamme, et qui est présent dans tous les vins au moins à hauteur de 60%

v  Les vins de réserve en magnum, au nombre de 700 000, qui sont la clé de voûte de Spécial Cuvée, permettant chaque année de le reproduire à l’identique. La Maison est la seule à disposer d’une palette d’arômes d’une telle précision pour compléter ses assemblages.

v  Une première fermentation en tonneaux, aujourd’hui presque disparue en Champagne (c’est la dernière maison à disposer d’un tonnelier)

v  Le temps, avec des vins qui peuvent passer jusqu’à 14 ans en cave avant d’être commercialisés. Tous les vins ont un temps de vieillissement plus de deux fois supérieur aux règles de l’appellation, non par coquetterie, mais parce qu’un grand vin doit s’offrir le luxe du temps pour exprimer sa personnalité.

 

Spécial Cuvée

Cépages : 60% Pinot Noir, 25% Chardonnay, 15% Meunier

Prix : 45€

 

Spécial Cuvée, c’est avant tout 85% de Grands et Premiers Crus. Créé à partir de 150 vins et de 7 millésimes, il fait partie de la catégorie des non millésimés, ou plutôt multi-millésimés. Il peut se garder au moins 4 ans ; le sommelier de la Couronne britannique ne le sert pas avant 7 ans. C’est l’agent britannique de Georges Bollinger qui lui souffle, en 1911, le nom de Spécial Cuvée - à l’anglaise et sans accent. En effet, il trouve l’expression « Brut sans année » inappropriée pour un Champagne d’une telle subtilité… Plus de cent ans plus tard, le nom du Champagne emblématique du savoir-faire Bollinger contient encore toute son histoire.

 

La robe de ce Champagne est dorée, signe distinctif des cépages noirs, et il présente une bulle très fine. Au nez, on découvre une belle complexité aromatique, des arômes de fruits mûrs et d’épices et des notes de pomme rôtie, de compote et de pêche. En bouche, il offre une subtile combinaison de structure, de longueur et de vivacité. La bulle est fine comme du velours, et on trouve des saveurs de poire, de brioche et d’épices, et quelques notes de noix fraîche. Ce vin s’accorde à la perfection avec tous les poissons, et en particulier les sushis et sashimis, mais aussi avec les crustacés tels que la crevette et la langouste, et avec les volailles et viandes blanches.

 

Bollinger Rosé

Cépages : 62% Pinot Noir, 24% Chardonnay et 14% Meunier

Prix : 65€

 

La Maison Bollinger fait partie des dernières à produire des Champagnes rosés non millésimés. La structure fondamentale de ce Bollinger Rosé est quasiment la même que celle de Spécial Cuvée, on y trouve de la même manière plus de 85% de Grands et Premiers Crus. La seule chose qui le différencie vraiment, c’est l’adjonction de seulement 5% à 6% de vin rouge issu des vignobles de Verzenay et Aÿ, qui en révèlent le style. C’est Elisabeth Bollinger qui, refusant initialement de produire du Rosé non millésimé, a finalement pris la décision d’en produire mais de n’ajouter qu’une très faible quantité de vin rouge afin d’obtenir la fraîcheur d’un rosé tout en gardant la structure d’un Bollinger.

 

La robe du vin présente des reflets dorés conjugués à l’intense profondeur d’un grand vin rouge. Au nez, on retrouve la noblesse des fruits rouges avec des notes de groseille, de cerise et de fraise des bois, ainsi qu’une touche épicée, qui rattache Bollinger Rosé au style de Spécial Cuvée. Au palais, une subtile combinaison de structure, de longueur et de vivacité fait surface, dont le côté tannique rappelle l’ajout de vin rouge. La bulle est là aussi d’une extrême finesse, et des saveurs de fruits rouges sauvages émergent. Ce Champagne s’accorde parfaitement avec la langoustine, le homard, le saumon, la cuisine asiatique peu épicée ou encore les desserts à base de fruits.

 

La Grande Année 2007

Cépages : 70% Pinot Noir, 30% Chardonnay

Prix : 110€

 

En 1976, Bollinger Vintage devient Grande Année puis, en 1997, « La » Grande Année… Un nom d’une simplicité évidente, pour mieux illustrer son statut d’exception : car seules les années véritablement hors du commun ont le privilège de se voir millésimées chez Bollinger. Premier Champagne millésimé de notre dégustation, la Grande Année 2007 fait partie de ces Champagnes dont la vinification se fait entièrement en tonneaux bourguignons. Ce vin qui est l’assemblage de 14 références, a passé 9 ans et demi en cave et a été dégorgé en octobre 2017.  Les millésimes 2008, qui seront commercialisés en 2018, seront les premiers présentés dans la bouteille format 1846.

 

La robe délicatement teintée de reflets dorés témoigne de la maturité du vin ainsi que des méthodes de vinification de la Maison. On trouve au nez des arômes d’amande fraîche, puis de fruits à chair jaune rappelant la pêche et la mangue. Des notes torréfiées et grillées accompagnées de touches d’agrumes séchés et de pamplemousse rose sont aussi présentes. En bouche, on retrouve une belle amplitude aromatique avec des arômes miellés et une texture finement crayeuse. Des notes de citron confit et de beaux amers apparaissent en finale et apportent une grande fraîcheur. Il s’accorde très bien avec le foie gras, les poissons grillés, l’agneau rôti, le veau ou encore le parmesan et le comté.

 

Bollinger R.D 2002

Cépages : 60% Pinot Noir, 40% Chardonnay

Prix : 240€

 

Ce Champagne est composé à 100% de Grands et Premiers Crus. Il se définit par trois mots : temps, rareté et audace. En effet, le temps de maturation en cave de 14 ans est exceptionnellement long, plus de trois fois supérieur aux règles de l’Appellation. Les initiales R.D correspondent à « Récemment Dégorgé ». C’est en 1967 que Madame Bollinger crée cette cuvée mythique, offrant ainsi au monde la possibilité de déguster un Champagne dont le vieillissement sur lies est poussé à l’extrême. Sa grande vision ? Permettre aux amateurs éclairés de partager ce moment si particulier où le vin, dégorgé tout récemment, offre une extraordinaire fraîcheur et une expression aromatique somptueuse. Une petite révolution dans le monde du Champagne. Celui que nous avons dégusté avait été dégorgé le 17 mai 2017. C’est un vin qui peut se garder 15-20 ans en cave.

 

La robe est or avec des reflets rubis. Au nez, on retrouve des arômes de fruits mûrs, compotés, surtout de coing mais avec une discrète note de miel. Dans un second temps, on trouve des notes grillées voire cacaotées, des senteurs de badiane et de noix de muscade. Au palais, l’attaque est charnue. Puissance et équilibre le définissent à la perfection, sans oublier sa grande persistance. La finale est minérale avec des pointes citronnées. Il se marie parfaitement avec toutes les variantes du risotto, le gibier ou encore le vieux comté et le gruyère suisse.

 

Le saviez-vous ?

 

Le Champagne, dont le Royaume-Uni est le premier pays à l’export, fait de plus en plus face à la concurrence des « Sparkling Wines » étrangers, et notamment britanniques. Pour preuve, la compagnie aérienne British Airways a d’ores et déjà remplacé le Champagne par des sparkling wines nationaux.

 

Le Bollinger est aussi célèbre pour être l’un des Champagnes favoris de James Bond depuis 1973, lorsque, sous les traits de Roger Moore, ce dernier le commande dans sa chambre d’hôtel dans Vivre et Laisser Mourir. Depuis, les bouteilles Bollinger surgissent régulièrement aux côtés de 007.